Nos actions

Charte biodiversité

Pourquoi une Charte de bonnes pratiques en faveur de la protection de la biodiversité ?

1. Des enjeux nationaux de développement des énergies renouvelables déclinés au niveau régional
La loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) du 18 août 2015 vise à permettre à la France de contribuer plus efficacement à la lutte contre le dérèglement climatique et à la préservation de l’environnement, ainsi que de renforcer son indépendance énergétique. Elle fixe la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % de la consommation finale brute d’énergie en 2030.
La Région Occitanie a fait sien cet objectif. En tant que 2ème Région française productrice d’énergies renouvelables, elle affiche l’ambition de devenir la 1 ère région à énergie positive d’Europe d’ici 2050.

2. Des enjeux de préservation de la biodiversité, une responsabilité régionale
L’Occitanie abrite une biodiversité des plus riches du territoire national métropolitain, avec les 2/3 des espèces indigènes soit au moins les 3/4 des espèces végétales vasculaires, des mammifères, des insectes, des oiseaux nicheurs et hivernants, et au moins les 2/3 des poissons d’eau douce et des reptiles, et 40% des espèces d’amphibiens. Certaines de ces espèces sont par leur rareté à préserver impérativement. D’autres, plus ordinaires, n’en sont pas moins importantes, car elles sont indispensables au fonctionnement correct des écosystèmes et donc au maintien des espèces les plus remarquables.

Les adhérents de CEMATER, conscients de ces 2 grands enjeux, travaillent pour trouver les solutions qui permettent de développer les projets de moindre impact. Cet engagement a pris la forme d’une « charte de bonnes pratiques pour la préservation de la biodiversité » signée en 2019 par plus de 40 structures travaillant dans les secteurs de l’éolien et du solaire au sol.

Comment est elle structurée ?

Pour structurer ces engagements, la charte est construite autour des quatre grandes étapes de la vie d’un projet :

  1. la phase études et instruction,
  2. la phase chantier,
  3. la phase exploitation,
  4. la phase démantèlement.

Elle s’est inspirée de la doctrine éviter réduire et compenser (ERC) les impacts sur les milieux naturels (publiée en mai 2012 par le Ministère de l’environnement) et des réflexions du groupe de travail « éolien terrestre » de la CRERCO (Communauté Régionale Eviter-Réduire-Compenser en Occitanie) avec l’ambition d’Eviter et Réduire avant de Compenser.

Cette charte est un engagement moral des acteurs de la filière des énergies renouvelables (développeurs, bureaux d’étude, exploitants). Ils s’engagent également à respecter les recommandations de l’Etat (dans les Arrêtés Préfectoraux d’autorisation de construire).

La charte et les signataires

PDM

« PARKING DURABLE MULTI-SERVICES » pour favoriser la mobilité douce en Occitanie.

Afin d’accompagner la transition énergétique qui est au cœur des réflexions, CEMATER propose des services de proximité innovants en toute sécurité pour les usagers, en améliorant l’attractivité du territoire, en développant l’économie locale, tout en valorisant des sites existants.

Une offre comportant :
• Ombrières photovoltaïques
• Bornes de recharge pour véhicules électriques (voitures / 2 roues)
• Une gestion de partage de places de parking
• Signalétique / information touristique et transport
• Des bâtiments éco-conçus
•Autoconsommation en eau et énergie / suivi statistique
• …

Linkedin PDM

Et des services inédits :
• Assurer l’intermodalité dans les transports
• Covoiturer plus facilement en toute sécurité
• S’informer sur les circuits touristiques, les événements, le patrimoine local
• Acheter des productions locales de qualité et de saison
• Louer des vélos pour découvrir les alentours en famille
•Apprendre à connaitre la biodiversité grâce à des espaces de sensibilisation
• …

Energies renouvelables

Une énergie renouvelable est une énergie dont les ressources ne s’épuisent pas. Fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la terre, les chutes d’eau et les marées, les énergies renouvelables n’engendrent pas d’émissions de gaz à effet de serre ni de déchets.

On recense six énergies dites « renouvelables ».

Le solaire thermique

consiste à transformer les rayonnements solaires en chaleur, et à la récupérer principalement pour le chauffage de l’eau. Les rayons de soleil sont réfléchis sur des capteurs thermiques vitrés et transmettent ainsi leur énergie à des absorbeurs métalliques, lesquels réchauffent un réseau de tuyaux de cuivre où circule un fluide porteur de chaleur. Cet échangeur calorifique a pour mission de chauffer l’eau stockée dans un cumulus.

Le solaire photovoltaïque

provient de la transformation de l’énergie solaire en électricité. Equipés de semi-conducteurs en silicium, les panneaux photovoltaïques transforment directement la lumière en électricité. Le courant produit par ces panneaux, installés en toiture ou en plein champ, doit être converti en courant alternatif grâce à un transformateur avant d’être réinjecté dans le réseau électrique national ERDF.

Les éoliennes

sont les moulins à vent nouvelle génération. En utilisant la force motrice du vent, les pales du rotor des grandes éoliennes ou aérogénérateurs entraînent un générateur électrique pour produire de l’électricité sous forme de kilowattheures. Les éoliennes offshores (en pleine mer) sont beaucoup plus puissantes et coûtent beaucoup plus cher à installer. Elles se développent peu à peu.

L’hydroélectricité

consiste à produire de l’électricité à partir d’un barrage. En circulant, l’eau fait tourner une turbine qui entraîne un générateur électrique. L’électricité est produite en kilowattheures, transformée, puis réinjectée dans le réseau électrique. Les anciens moulins à eau utilisaient déjà ce procédé.

La géothermie

est l’exploitation de la chaleur stockée dans les nappes aquifères (du sous-sol) à haute température. On distingue trois sortes de géothermies selon la profondeur du forage et la température nécessaire. La géothermie peu profonde à basse température permet d’extraire la chaleur contenue dans le sous-sol afin de l’utiliser pour les besoins en chauffage. La géothermie profonde à haute température, et la géothermie à haute énergie ou géothermie privilégiée exploite des sources hydrothermales très chaudes, ou des forages très profonds où de l’eau est injectée sous pression dans la roche. Cette géothermie est surtout utilisée pour produire de l’électricité.

La biomasse

regroupe l’ensemble des matières organiques pouvant être transformées en énergie. Le bois-énergie est la première source d’énergie biomasse, c’est-à-dire la plus couramment utilisée aujourd’hui, notamment pour se chauffer. Le biogaz qui consiste à méthaniser les déchets organiques est répandu en Allemagne et commence à se développer chez des industriels français. Les biocarburants c’est-à-dire la fabrication de carburants à partir de la transformation chimique de matières organiques (algues, déchets…) sont étudiés comme solution d’avenir en remplacement du pétrole.

Eco-construction

Construire durable

L’éco-construction consiste à construire en respectant notre environnement et celui des générations futures, tout en offrant un maximum de confort aux occupants.

Cette démarche implique :

  • d’identifier les impacts environnementaux des projets tout au long de leur cycle de vie,
  • de favoriser des choix urbanistiques et architecturaux qui privilégient la lumière naturelle, intègrent des principes bioclimatiques, garantissent une bonne isolation thermique de toute l’enveloppe du bâtiment en respectant la législation en vigueur,
  • d’utiliser des matériaux « écologiques » ou « naturels » qui consomment peu d’énergie pour leur fabrication, leur transport et leur mise en oeuvre,
  • d’utiliser des techniques de construction qui nécessitent plutôt de la main d’œuvre que d’importantes quantités d’énergie,
  • de favoriser l’utilisation des énergies renouvelables et/ou des combustibles peu polluants,
  • de favoriser le choix d’équipements « intelligents » : éclairage et électroménager « basse consommation », chauffage efficace et correctement dimensionné.

Eco-rénovation

Dans ce contexte d’économie d’énergie, les actions en terme d’éco-rénovation doivent être menées en incluant une vision globale de la « cité durable ».

La rénovation de l’habitat existant est un chantier considérable dans la lutte contre le réchauffement climatique.

En effet, la construction de logements neufs représente chaque année environ 1% du parc existant. Face à cette réalité, la volonté de l’ensemble des acteurs de l’habitat est d’investir le champ de la rénovation afin de diminuer toutes ces déperditions énergétiques.

Quelques chiffres :
•    Les 2/3 des bâtiments existants en France sont à rénover
•    96% des bâtiments doivent être rénovés pour atteindre une performance énergétique satisfaisante
•    63% des logements actuels sont des gouffres énergétiques construits avant 1975

Ainsi, il nous faut rénover nos habitations « durablement » tout en réalisant des investissements durables spécifiques

Share This